Khenzur Nyima Wangyal Rinpoche

Khenpo Nyima Wangyal était l'ancien abbé du monastère de Triten Norbutse à Katmandou, au Népal. En 1995, Khenpo Nyima Wangyal a décidé de quitter le monastère et ses règles monastiques pour vivre en tant que yogi tibétain dans différents pays, situations et circonstances. Il avait le sentiment que ce serait un bon moyen de développer sa pratique du Dzogchen. Il a ensuite choisi de s'installer à Paris, où il vit aujourd'hui avec sa femme et ses enfants. Il transmet les enseignements Dzogchen à la communauté Bonpo parisienne dans son Dzochen Naldjor Ling, et occasionnellement, il enseigne également à Shenten Dargye Ling. 

2019-Khenpo Nyima.JPG
06-Khnepo Niyma-2018.jpg

Khenzur Nyima Wangyal Rinpoche est né en 1961 dans le camp de réfugiés tibétains de Pokhara, Népal. Ses parents avaient fui le Tibet à travers les Himalayas en 1959. En 1962, ils ont déménagé dans un nouveau camp de réfugiés tibétains fondé à Dhorpaten, province du Dhaulagiri, à l’ouest du Népal. C’est là qu’a grandi Nyima Wangyal, avec son frère et sa sœur. Son père lui enseigna l’alphabet tibétain et la lecture. Il décéda quand Nyima Wangyal avait huit ans. 
Il fut alors élevé et éduqué dans la pure tradition tibétaine par son oncle Khenpo Khyungtsün Dongrig Sönam Gyaltsen Rinpoche, qui avait été envoyé au Népal depuis le Monastère de Menri (refondé en Inde suite à l’exil) pour devenir le 2ème abbé du monastère Bön de Dhorpaten. C’était le premier monastère Bön créé depuis l’exil.

Khenpo Sönam Gyaltsen Rinpoche lui enseigna la lecture et l’écriture, les prières et les rituels. C’était un professeur très sérieux, un très bon pratiquant, et un calligraphe si doué qu’il recevait souvent des commandes de copies de textes, notamment le texte des préliminaires du Atri, les douze volumes du Ziji (biographie de Tönpa Shenrab Miwo), le Gyalwei Chagtri, les deux volumes du Gyalshen Namthar (collection des commentaires de Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche) ainsi que de nombreux textes de rituels, tous publiés à New Delhi, Inde. 
Beaucoup de maîtres Bön ont séjourné au monastère de Dhorpaten : du Monastère de Menri (Tibet), le 32ème abbé Shérab Lodrö Rinpoche, Yongdzin Sangyé Tenzin Rinpoche, Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche, et de nombreux grands lamas du Dolpo (Népal).

En 1976, à la requête de son oncle, Nyima Wangyal reçut de Yongdzin Rinpoche, pour la première fois, les instructions et la transmission (lung) de l’enseignement Dzogchen du Atri. L’été, il reçut également de Yongdzin Rinpoche l’initiation (wang) du DU TRI SU, au cours d’une cérémonie DU TRI SU Drubpa durant sept jours préparée par Khenpo Sönam Gyaltsen Rinpoche pour les gens de Dhorpaten.

En 1977, Nyima Wangyal fut amené par son oncle au Monastère de Menri, à Dolanji (près de Solan, Inde du nord). Il y prit les vœux monastiques et fut confié à Yongdzin Rinpoche afin de recevoir ses enseignements et de devenir son assistant au quotidien. 
Nyima Wangyal vécut avec Yongdzin Rinpoche jusqu’en 1995. Yongdzin Rinpoche est son maître racine et son principal maître spirituel. Auprès de lui, il eut la chance de rencontrer de grands maîtres tibétains Bön. 
En 1978, Nyima Wangyal intégra la nouvelle école de dialectique de Menri. La même année, sa mère décéda à Dhorpaten, Népal.

Au Monastère de Menri, Nyima Wangyal reçut en 1979 l’initiation du cycle Dzogchen complet de Shardza Tashi Gyaltsen, ainsi que d’autres initiations Dzogchen, par Drupwang Tsöndü Rinpoche, le Khenpo du Drupdra du Monastère de Ri Tse Druk au Khyungpo (Tibet), détenteur de la lignée de la tradition de Shardza car disciple du premier Jalüpa Shardzi Gyaltsab Lodrö Gyatso.

En 1984, Nyima Wangyal reçut de Sa Sainteté le 33ème abbé de Menri, Lungtok Tenpai Nyima Rinpoche, et de Son Eminence Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche toutes les initiations (externes, internes et secrètes) et les transmissions de tous les yidams de la tradition Bön.

 

En 1986, Nyima Wangyal termina avec succès ses études au Monastère Bön de Menri, sous la direction de S.S. le 33ème abbé, de S.E. Yongdzin Rinpoche et de Geshe Larampa Tsöndü Gongphel, et reçut le diplôme de Géshé (doctorat de philosophie) après un cursus de plusieurs années d’études sur la philosophie et la psychologie Bön.

L’été suivant, Yongdzin Rinpoche se rendit au Tibet (pour la première fois depuis la Révolution Culturelle) avec Geshe Nyima Wangyal et Geshe Tenzin Wangyal, principalement pour pouvoir y revoir sa mère, et pour conseiller les lamas et moines Bön sur la meilleure manière de préserver et de développer la tradition du Yungdrung Bön. Ils visitèrent toute la population Bönpo des trois provinces du Tibet (U-Tsang, Kham et Amdo) et Rinpoche donna des enseignements et conféra des initiations. 
Là-bas, Nyima Wangyal rencontra et se relia à de grands lamas, yogis et pratiquants, survivants de la Révolution Culturelle.

Au Monastère de Luphuk Gön (dans le Hor, Kham), Geshe Nyima Wangyal reçut beaucoup de rares initiations du grand pratiquant Dzogchen Ragshi Togden Drimed Yungdrung Rinpoche.

A la fin de 1986, Yongdzin Rinpoche fonda le Monastère de Triten Norbutsé sur le versant nord de Katmandou, Népal. Au tout début, seulement Rinpoche et Geshe Nyima Wangyal y vivaient. C’était le premier monastère Bön à Katmandou, et dans tout le Népal il n’y avait à l’époque aucune école de dialectique, aucun cursus complet d’études dispensées journellement, à l’année, sur le Bön et le débat philosophique.

En 1992, Yongdzin Rinpoche et l’abbé de Menri choisirent Geshe Nyima Wangyal comme premier abbé du Monastère de Triten Norbutsé. Il prit soin des moines et de leurs besoins journaliers. La même année, Yongdzin Rinpoche se rendit à nouveau au Tibet, avec Khenpo Nyima Wangyal. Ils visitèrent beaucoup de monastères Bön et Yongdzin Rinpoche y donna de nombreux enseignements, transmissions et initiations.

En 1995, Khenpo Nyima Wangyal décida de quitter le monastère et ses règles monastiques, pour vivre comme un yogi tibétain dans différents pays, situations et circonstances. Il sentait que, en accord avec sa nature, ce serait une bonne façon de développer sa pratique du Dzogchen.

En 2001, au Monastère de Triten Norbutsé, il eut la grande chance de recevoir à nouveau de son maître racine Yongdzin Rinpoche toutes les initiations Bön. Ce fut très bon pour Khenzur Nyima Wangyal qui, dans sa pratique, fit l’expérience d’un lien beaucoup plus fort avec son maître racine. Il était très heureux car il sentait les bénédictions de tous les grands maîtres Dzogchen. 
A partir de 2002, au Monastère de Triten Norbutsé, il put également recevoir des enseignements de Yongdzin Rinpoche sur le Dzogchen Zhang-Zhung Nyen-Gyüd, le Dzogchen Namkha Trul-Dzöd, le Ma-Gyüd (Tantra Mère), etc.

En 2002, suite au conseil de Yongdzin Rinpoche, Khenzur Nyima Wangyal commença à préparer différentes sortes d’amulettes de protection Bön spéciales. A Katmandou, il créa le Künthub Sungkhor Khang, un atelier (toujours actif et prospère) où il fabriquait artisanalement des amulettes traditionnelles de grande qualité, avec l’aide de son épouse et de sa famille. Ces amulettes spirituelles avec mantra sont livrées au Tibet, en Chine, au Népal, en Inde, en Europe, en Amérique, au Mexique, au Canada, etc. Par cette activité, Khenzur Nyima Wangyal partage son expérience spirituelle, soutenant les autres dans leur vie et leur pratique.

En 2013, Khenzur et sa famille se sont installés en France, près de Paris.

Depuis novembre 2015, sous l’égide de Shenten Dargyé Ling (Blou, Saumur), Khenzur Nyima Wangyal Rinpoche enseigne la méditation à Paris de façon régulière à un groupe de pratiquants (sangha), certains soirs et weekends, ainsi que dans d’autres pays.

Merci à Waltraud Benzing et à Yungdrung Tenzin (Dominique Troulay) pour cette biographie.


Il fut alors élevé et éduqué dans la pure tradition tibétaine par son oncle Khenpo Khyungtsün Dongrig Sönam Gyaltsen Rinpoche, qui avait été envoyé au Népal depuis le Monastère de Menri (refondé en Inde suite à l’exil) pour devenir le 2ème abbé du monastère Bön de Dhorpaten. C’était le premier monastère Bön créé depuis l’exil.

Khenpo Sönam Gyaltsen Rinpoche lui enseigna la lecture et l’écriture, les prières et les rituels. C’était un professeur très sérieux, un très bon pratiquant, et un calligraphe si doué qu’il recevait souvent des commandes de copies de textes, notamment le texte des préliminaires du Atri, les douze volumes du Ziji (biographie de Tönpa Shenrab Miwo), le Gyalwei Chagtri, les deux volumes du Gyalshen Namthar (collection des commentaires de Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche) ainsi que de nombreux textes de rituels, tous publiés à New Delhi, Inde. 
Beaucoup de maîtres Bön ont séjourné au monastère de Dhorpaten : du Monastère de Menri (Tibet), le 32ème abbé Shérab Lodrö Rinpoche, Yongdzin Sangyé Tenzin Rinpoche, Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche, et de nombreux grands lamas du Dolpo (Népal).

En 1976, à la requête de son oncle, Nyima Wangyal reçut de Yongdzin Rinpoche, pour la première fois, les instructions et la transmission (lung) de l’enseignement Dzogchen du Atri. L’été, il reçut également de Yongdzin Rinpoche l’initiation (wang) du DU TRI SU, au cours d’une cérémonie DU TRI SU Drubpa durant sept jours préparée par Khenpo Sönam Gyaltsen Rinpoche pour les gens de Dhorpaten.

En 1977, Nyima Wangyal fut amené par son oncle au Monastère de Menri, à Dolanji (près de Solan, Inde du nord). Il y prit les vœux monastiques et fut confié à Yongdzin Rinpoche afin de recevoir ses enseignements et de devenir son assistant au quotidien. 
Nyima Wangyal vécut avec Yongdzin Rinpoche jusqu’en 1995. Yongdzin Rinpoche est son maître racine et son principal maître spirituel. Auprès de lui, il eut la chance de rencontrer de grands maîtres tibétains Bön. 
En 1978, Nyima Wangyal intégra la nouvelle école de dialectique de Menri. La même année, sa mère décéda à Dhorpaten, Népal.

Au Monastère de Menri, Nyima Wangyal reçut en 1979 l’initiation du cycle Dzogchen complet de Shardza Tashi Gyaltsen, ainsi que d’autres initiations Dzogchen, par Drupwang Tsöndü Rinpoche, le Khenpo du Drupdra du Monastère de Ri Tse Druk au Khyungpo (Tibet), détenteur de la lignée de la tradition de Shardza car disciple du premier Jalüpa Shardzi Gyaltsab Lodrö Gyatso.

En 1984, Nyima Wangyal reçut de Sa Sainteté le 33ème abbé de Menri, Lungtok Tenpai Nyima Rinpoche, et de Son Eminence Yongdzin Lopön Tenzin Namdak Rinpoche toutes les initiations (externes, internes et secrètes) et les transmissions de tous les yidams de la tradition Bön.

 

En 1986, Nyima Wangyal termina avec succès ses études au Monastère Bön de Menri, sous la direction de S.S. le 33ème abbé, de S.E. Yongdzin Rinpoche et de Geshe Larampa Tsöndü Gongphel, et reçut le diplôme de Géshé (doctorat de philosophie) après un cursus de plusieurs années d’études sur la philosophie et la psychologie Bön.

L’été suivant, Yongdzin Rinpoche se rendit au Tibet (pour la première fois depuis la Révolution Culturelle) avec Geshe Nyima Wangyal et Geshe Tenzin Wangyal, principalement pour pouvoir y revoir sa mère, et pour conseiller les lamas et moines Bön sur la meilleure manière de préserver et de développer la tradition du Yungdrung Bön. Ils visitèrent toute la population Bönpo des trois provinces du Tibet (U-Tsang, Kham et Amdo) et Rinpoche donna des enseignements et conféra des initiations. 
Là-bas, Nyima Wangyal rencontra et se relia à de grands lamas, yogis et pratiquants, survivants de la Révolution Culturelle.

Au Monastère de Luphuk Gön (dans le Hor, Kham), Geshe Nyima Wangyal reçut beaucoup de rares initiations du grand pratiquant Dzogchen Ragshi Togden Drimed Yungdrung Rinpoche.

A la fin de 1986, Yongdzin Rinpoche fonda le Monastère de Triten Norbutsé sur le versant nord de Katmandou, Népal. Au tout début, seulement Rinpoche et Geshe Nyima Wangyal y vivaient. C’était le premier monastère Bön à Katmandou, et dans tout le Népal il n’y avait à l’époque aucune école de dialectique, aucun cursus complet d’études dispensées journellement, à l’année, sur le Bön et le débat philosophique.

En 1992, Yongdzin Rinpoche et l’abbé de Menri choisirent Geshe Nyima Wangyal comme premier abbé du Monastère de Triten Norbutsé. Il prit soin des moines et de leurs besoins journaliers. La même année, Yongdzin Rinpoche se rendit à nouveau au Tibet, avec Khenpo Nyima Wangyal. Ils visitèrent beaucoup de monastères Bön et Yongdzin Rinpoche y donna de nombreux enseignements, transmissions et initiations.

En 1995, Khenpo Nyima Wangyal décida de quitter le monastère et ses règles monastiques, pour vivre comme un yogi tibétain dans différents pays, situations et circonstances. Il sentait que, en accord avec sa nature, ce serait une bonne façon de développer sa pratique du Dzogchen.

En 2001, au Monastère de Triten Norbutsé, il eut la grande chance de recevoir à nouveau de son maître racine Yongdzin Rinpoche toutes les initiations Bön. Ce fut très bon pour Khenzur Nyima Wangyal qui, dans sa pratique, fit l’expérience d’un lien beaucoup plus fort avec son maître racine. Il était très heureux car il sentait les bénédictions de tous les grands maîtres Dzogchen. 
A partir de 2002, au Monastère de Triten Norbutsé, il put également recevoir des enseignements de Yongdzin Rinpoche sur le Dzogchen Zhang-Zhung Nyen-Gyüd, le Dzogchen Namkha Trul-Dzöd, le Ma-Gyüd (Tantra Mère), etc.

En 2002, suite au conseil de Yongdzin Rinpoche, Khenzur Nyima Wangyal commença à préparer différentes sortes d’amulettes de protection Bön spéciales. A Katmandou, il créa le Künthub Sungkhor Khang, un atelier (toujours actif et prospère) où il fabriquait artisanalement des amulettes traditionnelles de grande qualité, avec l’aide de son épouse et de sa famille. Ces amulettes spirituelles avec mantra sont livrées au Tibet, en Chine, au Népal, en Inde, en Europe, en Amérique, au Mexique, au Canada, etc. Par cette activité, Khenzur Nyima Wangyal partage son expérience spirituelle, soutenant les autres dans leur vie et leur pratique.

En 2013, Khenzur et sa famille se sont installés en France, près de Paris.

Depuis novembre 2015, sous l’égide de Shenten Dargyé Ling (Blou, Saumur), Khenzur Nyima Wangyal Rinpoche enseigne la méditation à Paris de façon régulière à un groupe de pratiquants (sangha), certains soirs et weekends, ainsi que dans d’autres pays.

Merci à Waltraud Benzing et à Yungdrung Tenzin (Dominique Troulay) pour cette biographie.